Le corps

Même si la santé reste une grande préoccupation et même si le corps s’affiche sous tous les angles dans les magazines ou la publicité, il n’occupe pas en réalité la place qu’il mérite. Nous nous en occupons trop souvent que lorsqu’il nous rappelle à l’ordre par la maladie ou la douleur.

La plupart du temps, nous essayons de mener notre vie en fonction de ce que nous pensons, de ce que nous croyons juste ou bien sans nous mettre suffisamment à l’écoute de ce que nous ressentons ou éprouvons.

Pourtant nous vivons d’abord dans et par le corps. Dans les relations humaines la place du corps est primordiale. Les sympathies, les antipathies, l’amour, le désir sexuel que nous éprouvons sont beaucoup plus le résultat de “feeling”, de ressenti que le fruit d’une appréciation logique de la relation. Le corps conditionne, beaucoup plus que nous n’acceptons de le croire, notre manière d’être, quelles que soient les explications rationnelles que nous pouvons nous donner.

Mais ce n’est pas ce que l’on nous a enseigné, loin de là. L’éducation privilégie depuis des générations les fonctions intellectuelles et le langage verbal au détriment du développement sensoriel, de l’expression corporelle, du ressenti et de la créativité. Et lorsque le corps est pris en compte, comme dans les activités sportives, c’est pour être entraîné bien plus qu'écouté.

Nous apprenons à aborder la vie en analysant rationnellement les situations, en la pensant plutôt qu’en l’éprouvant et nous nous coupons de notre corps.

Le corps nous ouvre la porte du monde des sensations, des impressions, du ressenti, de la chaleur humaine qui contrebalance l’univers froid de la logique cartésienne.

Notre corps traduit la “vérité” du moment, il résonne à chaque situation, à chaque rencontre et nous renseigne sur ce que nous éprouvons dans l’instant. Il importe de réapprendre à l’écouter pour retrouver notre équilibre intérieur, de réapprendre à l’investir pour nous réconcilier avec nous-mêmes et avec les autres.

Cette page sur le corps est extraite du livre de Jean-Louis Abrassart “Le toucher libérateur”.

Le toucher >